lundi 16 janvier 2017

méditation










Dans le silence des mots, s'est levée cette tectonique matière, souvenir de ses flux montagne,  traversée puissante, courant, océan, cycles maritimes, une vie pour tenter de le saisir peut-être dans le silence des mots, laisser monter sa mémoire.




7 commentaires:

  1. Chevelure déployée à émouvoir l'immobilité du roc en un amoureux contraste, comme nos silences peuvent animer nos mots.

    RépondreSupprimer
  2. parfois cela stimule les mots, parfois les mots sont comme sans voix, belle journée à vous Noëlle

    RépondreSupprimer
  3. C'est assez impressionnant, cette blancheur vive, presque immatérielle, qui vient frôler la compacité, la pesanteur du rocher. Quelle belle rencontre, en effet, des deux contraires qui semblent, pour le moins, s'apprécier !

    RépondreSupprimer
  4. ce sont des images presque dans l'après-coup, sur le moment, c'était surtout le bruit de l'eau qui m'a frappé, belle journée à vous

    RépondreSupprimer
  5. En effet, l'image met un blanc sur tout ce bruit. Le bruit perdu : ainsi peut s'entendre aussi cette sorte d'assourdissement dont parle le texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai retrouvé ceci ce matin avec joie je vous la fais partager : " observer une goutte d'eau c'est vivre la nature de toutes les eaux de l'univers." bonne journée d'eau ;-)

      Supprimer
  6. l'image occulte le bruit, c'est vrai, quand on passe de l'un à l'autre,quelque chose se perd, ou encore peut-être qu'il est possible d'être comme divisé entre les deux perceptions, voir l'eau et entendre sa chute comme de façon dissociée, sur deux scènes ?

    RépondreSupprimer