mercredi 19 avril 2017

Le mur bleu







C'est un mur aux grappes lourdes ployant sous les chaînes contre l'ardoise il y souffle le silence matin déchiré soudain par un battement d'ailes au cœur de son phrasé de lianes







7 commentaires:

  1. Adorable fontaine de parfum au matin ployant dans le souffle frais de ces mots

    RépondreSupprimer
  2. la marche et les sentiers les font parfois découvrir. La lumière ce matin encore là maintenant.Belle randonnée à vous aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne randonne pas, je marche, plutôt. Et souvent je m'arrête, je lis, j'écris.

      Supprimer
  3. Ce "mur bleu", Huê, m'étourdit de parfums et de bourdonnements des abeilles que j'imagine s'en enivrer...Il faut aussi que je vous dise aussi mon étonnement d'avoir lu sur le site de René Thibaud que votre prénom signifiait "tubéreuse", autre fleur odorante, à laquelle j'ai consacré il y a une semaine un texte non encore publié. Je diffère temporellement mes publications : besoin que le texte se dissémine en moi avant de se disperser...et s'oublier ailleurs. Bonne soirée Huê.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mur qui accueille le regard et l'odorat que cueille la fraîcheur matin
      belle journée à vous Noêlle.

      Supprimer
  4. Je reviens pour dire combien m'a parlé le "phrasé de lianes" qui fait pont entre la beauté enchevêtrée du monde et les mots qui la disent. Merci Huê et journée lumineuse.

    RépondreSupprimer
  5. cela m'a évoqué combien la chose peut parfois " exploser " dans la perception ou dans le mot, dirions nous " épiphanie" de la chose dans le mot ?
    Belle journée à vous.

    RépondreSupprimer