mercredi 22 novembre 2017

anecdotes d'hiver






broussaille
d'herbes d'herbes
si froide douceur

magnifique
par un trou dans la cloison
la voie lactée ( issa)

herbes cassantes
disséminées
à peine chantantes

toc-toc toc-toc
dans la brume approchant
qui cela est-il donc ( issa)

mousses d'herbes d'herbes
racontant la lumière
frissons du jour

6 commentaires:

  1. Cendrées frissonnantes, les herbes
    murmurant entre elles
    tutoyant, caressant le ciel

    Ici, ce n'est pas encore tout à fait l'hiver. Belle journée Huê.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me posais cette question : il y a peut-être des mots qui nomment et d'autres qui font ex-sister l'instant, par le chemin du temps pour intégrer en vérité comme le signale votre dernier texte
      merci de votre visite chère Noëlle belle après-midi à vous

      Supprimer
    2. Ce qui me rappelle ce que je ressentais et énonçais de l'écriture, la vôtre en particulier, il n'y a guère : le mot n'est pas toujours le meurtre de la chose; oui,en partie quand il nomme (symbolique qu'il faut à coup sûr protéger) et pas du tout quand il révèle, "fait exister", comme vous dites ( icônes, indices, signes, babils, vous diriez lallations). Très bonne soirée, chère Huê

      Supprimer
  2. Ce n'est pas encore l'hiver, tant la douceur fourrage dans ses premières tentatives d'engourdissement. Dans les haïkus il y a ces petits bruits, ces petits chants, ces trouées vivaces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mots bruits qui doublent les bruits de l'hiver ;-)

      Supprimer
    2. c'est bien ce que j'entendais ;-)

      Supprimer